Votre IP : Inconnu · Votre statut : Protégé
Non Protégé
Inconnu
Blog Guides

Usurpation d’identité : comment réagir et vous protéger

Chaque année, la cybercriminalité devient toujours plus inquiétante. Ce phénomène entraîne, entre autres, des statistiques à la hausse concernant l’utilisation illégitime de données personnelles. Le vol d'identité est subtil, sournois et créatif, et il se produit chaque jour sous le nez des gens. Comment vérifier si vous en êtes victime, que faire et quelles sont les peines évoquées par le code pénal ? Voyons tout cela en détail.

Ilma Vienazindyte

Ilma Vienazindyte

Sep 26, 2021 · 8 min. de lecture

Usurpation d’identité : comment réagir et vous protéger

Qu’est-ce que l’usurpation d’identité ?

L’usurpation d’identité, c’est l’utilisation intentionnelle d’informations personnelles ou bancaires dans un contexte d’identification pour accéder à un compte, acheter un produit/service, faire un prêt , effectuer la demande d’une pièce d’identité ou conclure un bail, par exemple. Sans surprise, le développement du web a favorisé, par la même occasion, l’usurpation d’identité sur Internet.

Comment vérifier si vous êtes victime d’usurpation d’identité ?

Si vous pensez être victime d’usurpation d’identité, vérifiez les différents points suivants afin de déterminer si vous êtes en effet dans cette situation.

Les opérations effectuées avec une carte bancaire refusées

Cela ne surprendra personne, de nombreuses usurpations d’identité sont motivées par l’appât du gain. Malheureusement, la fuite de données bancaires se résumera rapidement, dans la plupart des cas, à une utilisation maximale des fonds disponibles. En d’autres mots, quelques heures pourraient suffire pour vider votre compte bancaire et entraîner le blocage de toute opération.

Vous ne recevez plus vos factures par voie postale

Le vol d’identité peut aussi prendre la forme de « détournement » de courriers après la modification d’informations postales. En cas de doute, n’hésitez pas à contacter le ou les services concernés pour vérifier si vos informations ont été mises à jour récemment.

Vous avez reçu une alerte

Enfin, un service en ligne ou votre banque, par exemple, pourrait vous contacter pour vous informer d’une utilisation inhabituelle de vos données personnelles. Une réaction immédiate de votre part sera essentielle pour limiter les risques.

Comment est-il possible de se faire voler son identité ?

1. Violations de données

La violation de données concerne chaque année toujours plus d’internautes. Si les causes sont multiples, la vente ou fuite de données stockées via la base de données d’une entreprise est une explication largement recensée. En effet, les données personnelles valent désormais de l’or aux yeux des cybercriminels ou d’autres personnes malintentionnées. Adopter certains réflexes tout en utilisant un VPN sera préconisé face à ce fléau du web.

2. Navigation non sécurisée

Il n’est pas nécessaire de naviguer sur le Darknet pour expérimenter une navigation peu sécurisée malgré le déploiement massif du protocole HTTPS. En effet, ce protocole sécurisé empêche la fuite de données, cela n’exclut pas les risques liés à un site développé pour pirater des victimes.

3. Usurpation d’identité par téléphone

Certaines personnes malintentionnées appellent leurs victimes via un numéro de téléphone modifié. Leur objectif ? Soutirer des informations personnelles en se présentant en tant que conseiller de votre banque par exemple. Rappelez-vous que, peu importe la situation, aucun représentant légitime ne vous demandera vos informations bancaires dites « sensibles » par téléphone ou d’autres voies digitales ou postales.

4. Usurpation par mail

L’usurpation d’identité par mail est une technique largement utilisée par les cybercriminels. En pratique, ces hackers tenteront d'attirer votre attention en envoyant un message signé par l’un de vos services habituels, comme votre banque. En cliquant sur un lien présenté dans ce type de messages, le piratage de votre boite mail peut entraîner d’autres situations alarmantes.

5. La méthode du « Card Skimmer »

Le Card Skimmer est une méthode utilisée pour dupliquer les données d’une carte bancaire. En pratique, les escrocs placent un dispositif sur la fente du lecteur de cartes du distributeur. Les données bancaires sont ensuite récoltées, puis utilisées pour effectuer des achats en ligne.

Comment réagir si vous êtes victime d'usurpation d'identité en ligne ?

Attention aux homonymes

Avant d’entamer certaines démarches, faites attention aux homonymes. En effet, un internaute peut tout simplement avoir le même nom et prénom que vous. Bien évidemment, la présence d’une photo ou d’informations supplémentaires permettra d’ôter tous les doutes.

L’utilisation d’un moteur de recherche inversé

Si vous êtes victime d’une usurpation d’identité numérique, une première étape consistera à vérifier si vos photos ont été utilisées à une plus grande échelle que vous ne l'imaginez. Pour cela, il vous suffit d’utiliser un moteur de recherche inversé (Google Images et TinEye sont ici de parfaits exemples). En quelques instants, vous pourrez vérifier si votre ou vos photos ont été identifiées via d’autres sites.

N’hésitez pas à effectuer plusieurs captures d’écran avant de sauvegarder précieusement ces données ; celles-ci pourront compléter un dossier destiné à des fins juridiques.

Alerter le site en question

Bien entendu, en cas d’usurpation d’identité, il est vivement conseillé d’alerter dès que possible le site concerné par cette situation. En effet, cette démarche vous permettra de limiter les conséquences d’une usurpation en supprimant rapidement un profil illégitime. Voici la marche en suivre depuis les réseaux sociaux les plus populaires :

Facebook

Rendez-vous sur le profil du compte qui usurpe votre identité. Sélectionnez ensuite l’icône « Plus », puis « Signaler ». Un formulaire vous permettra d’indiquer la raison de votre signalement. Quelques heures suffisent souvent pour obtenir une réponse de la part du service client de Facebook.

Instagram

Malheureusement, Instagram ne propose aucune option semblable à celle de Facebook. En revanche, vous pourrez contacter ce réseau social en remplissant un formulaire constitué d’informations personnelles. Après plusieurs vérifications, Instagram peut supprimer le compte concerné par votre demande.

Twitter

Twitter dispose d’une section entièrement dédiée au signalement d’usurpations d’identité via son site web. Qui plus est, ce réseau social permet de signaler un compte illégitime en tant que témoin ; une fonctionnalité idéale pour garantir le bien-être de ses utilisateurs.

Snapchat

En cas d’usurpation d’identité sur Snapchat, il vous suffit de suivre ces étapes :

1. Lancez l’application, puis choisissez « Profil ».

2. Sélectionnez « Réglages », puis « Assistance ».

3. Enfin, sélectionnez « J’ai besoin d’aide » et « Contactez-nous ».

Compte Google

Enfin, Google propose une page dédiée à l'usurpation d’identité sur Internet. Quelques instants vous suffiront pour suivre les démarches nécessaires.

Quelle que soit la plateforme concernée par votre signalement, vous serez généralement amené à fournir des documents supplémentaires :

  • Une copie de votre pièce d’identité (votre photo, nom et prénom seront parfaitement lisibles)
  • Un justificatif de domicile (une facture classique suffira)
  • Un numéro de téléphone vérifié par SMS ou appel

Ces pièces justificatives seront utilisées exclusivement lors de la vérification de votre identité (conformément à la réglementation RGPD).

Déposer plainte

L’usurpation d’identité entraîne une peine particulièrement lourde si celle-ci est retenue par la justice française, et ce, qu’elle soit numérique ou non. En effet, le code pénal français contient l’Article 226-4-1 :

« Le fait d'usurper l'identité d'un tiers ou de faire usage d'une ou plusieurs données de toute nature permettant de l'identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d'autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende.

Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu'elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne. Lorsqu'ils sont commis par le conjoint ou le concubin de la victime ou par le partenaire lié à la victime par un pacte civil de solidarité, ces faits sont punis de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. »

Pour faire valoir vos droits et porter plainte pour usurpation d’identité, prenez le temps de constituer un dossier solide et argumenté via des éléments concrets (screenshots, URL…). Rendez-vous ensuite au commissariat le plus proche de chez vous ou rapprochez-vous d’une gendarmerie ou d’un procureur de la République.

Pour « gagner du temps » et préparer vos démarches, il vous est possible de procéder à une pré-plainte en ligne. Cette démarche nécessitera néanmoins la signature d’une déclaration en bonne et due forme pour finaliser un dépôt de plainte pour usurpation d’identité.

Vous avez des doutes à propos de vos données bancaires ?

Les données bancaires sont, sans surprise, particulièrement prisées par les pirates. En cas d’usurpation d’identité, il est crucial de prendre contact avec votre banque afin de bloquer votre carte et d’éventuelles opérations douteuses sur votre compte.

Naturellement, la vigilance sera de mise lors des semaines qui suivront une usurpation. L’évolution du e-commerce a néanmoins incité les banques à revoir leurs solutions en matière de cybersécurité. Un simple avertissement suffira pour empêcher d’éventuelles utilisations frauduleuses de vos données bancaires. Une consultation du FICOBA vous apportera des informations pertinentes si vous avez relevé des opérations illégitimes.

Comment se protéger contre l'usurpation d'identité en ligne ?

L’usurpation d’identité en ligne entraîne souvent de lourdes conséquences, et vous pourriez vouloir disparaître d’Internet ou faire une croix définitive sur les réseaux sociaux et messageries. Or, l’application de quelques conseils suffira pour optimiser votre cybersécurité.

Privilégiez des mots de passe complexes

Une victime d’usurpation d’identité évoquera parfois un simple mot de passe « négligé ». En effet, un identifiant complexe empêchera une attaque par force brute. Ces recommandations seront également essentielles :

  • Choisissez un mot de passe unique pour chaque service en ligne que vous utilisez
  • Modifiez régulièrement chacun de vos mots de passe
  • Ne choisissez pas un mot de passe trop « évident » comme votre date de naissance ou le prénom de votre fils/fille (les réseaux sociaux pourraient jouer en votre défaveur)
  • Utilisez un gestionnaire de mots de passe (tel que NordPass) pour faciliter la mémorisation et sélection de vos mots de passe

Installez l’application de votre banque

En installant l’application de votre banque, vous profiterez de systèmes de sécurité supplémentaires (identification requise pour valider une opération) tout en ayant un accès rapide à vos comptes. Bref, les applications proposées par les établissements bancaires sont particulièrement pertinentes, et ce, que vous soyez ou non victime d’usurpation d’identité.

Les services de protection de l’identité

Quelques recherches sur le web vous permettront d’accéder à des services de protection de l’identité. Ceux-ci permettent d’analyser régulièrement d’éventuelles utilisations illégitimes de vos données personnelles.

Utiliser un VPN

Enfin, l’utilisation d’un VPN via un équipement iOS, Android ou un ordinateur vous permettra de masquer votre adresse IP tout en profitant d’un tunnel sécurisé pour vos données. Par ailleurs, un réseau privé virtuel pourra sécuriser votre connexion si vous utilisez un point d’accès hotspot (Wi-Fi public) et limiter les risques d’infections par adwares, virus ou malwares.

Également disponible en : English, Italiano, Nederlands, et plus encore...