Votre IP : Inconnue · Votre statut : ProtégéNon protégéInconnue

La blockchain pour les nuls : définition et fonctionnement

Le terme de blockchain semble être sur toutes les lèvres depuis quelques années, notamment avec le succès fulgurant des crypto-monnaies. Cependant, difficile d’être au clair sur son fonctionnement. Qu’est-ce que la blockchain, quels sont ses avantages et dans quel cas est-elle utilisée ? Faut-il investir toutes ses économies dans le Bitcoin et les NFT ? Ce guide répondra à toutes vos questions.

Delphine Lacour

Delphine Lacour

La blockchain pour les nuls : définition et fonctionnement

La blockchain, c’est quoi ?

Une blockchain est un système décentralisé basé sur une technologie de stockage et de transmission d’informations développée en 2008. Ce système fonctionne à la manière d’une grande base de données, distribuée parmi l’ensemble des utilisateurs à travers un réseau en peer-to-peer.

Le principal avantage de la blockchain est qu’elle permet de stocker et d’échanger des données de façon décentralisée, sécurisée et transparente. C’est pourquoi elle est notamment mise en œuvre dans le domaine des crypto-monnaies.

Une explication plus concrète de la blockchain consiste à comparer celle-ci à un livre comptable. Celui-ci est accessible publiquement, et chacun peut y ajouter des informations, mais son contenu est totalement impossible à falsifier ou à détruire.

On parle souvent de “la blockchain”, mais il en existe en réalité plusieurs. Le terme se réfère le plus souvent à la technologie sur laquelle s’appuient ces différentes bases de données.

Comment fonctionne la technologie blockchain ?

Comme son nom l’indique, une blockchain se compose d’une série de blocs, chaque bloc désignant une unité de stockage de données et possédant un numéro unique.

Contrairement à une base de données classique stockée sur un seul serveur, une blockchain est partagée simultanément avec l’ensemble de ses utilisateurs, connectés en réseau. Ce dernier est composé de “nœuds” de stockage (nodes en anglais), chaque nœud contenant une copie intégrale de la base de données. Lors de chaque nouvelle transaction, un nouveau bloc de données chiffrées vient s’ajouter à la chaîne et devient visible pour l’ensemble du réseau.

Ainsi, chaque utilisateur peut consulter l’historique des échanges réalisés depuis la création de la chaîne et s’assurer de son authenticité.

schéma de fonctionnement de la blockchain

Quels sont les avantages de la technologie blockchain ?

Intégrité des données

En raison de la façon dont les blocs sont codés et grâce au système de réseau peer-to-peer, il est extrêmement difficile d’altérer les données stockées sur une blockchain, ce qui garantit une très grande fiabilité de l’information. Par ailleurs, chaque inscription de nouvelles données doit être validée par un ensemble d’utilisateurs différents, sélectionnés de manière aléatoire.

Meilleure transparence

La plupart des blockchains permettent à leurs utilisateurs, mais aussi aux observateurs extérieurs, de consulter les données qu’elles contiennent (par exemple, les flux financiers pour les crypto-monnaies). Ce système assure la transparence des échanges et facilite l’identification des fraudeurs.

Contrôle décentralisé

La décentralisation est le principe de base de la technologie blockchain. Les systèmes s’appuyant sur cette technologie fonctionnent sans intermédiaire, ce qui empêche qu’une seule personne ou entité n’exerce un contrôle trop important sur la chaîne de blocs.

Quels sont les inconvénients de la blockchain ?

Absence de réglementation

Malgré sa notoriété croissante, l’usage de la technologie blockchain manque encore cruellement de réglementation. Par conséquent, il vous sera très difficile de récupérer votre argent si quelqu’un parvient à mettre la main sur votre portefeuille de crypto-monnaies. En raison de l’absence d’organisme central (à l’inverse des établissements bancaires), aucune entité ne sera en mesure de vous prêter assistance en cas de vol.

Trop de transparence

Dans certains domaines d’utilisation, la transparence de cette technologie peut également être un défaut. Les données stockées sur une blockchain étant accessibles à tous, elle ne sera pas l’endroit idéal pour y conserver des informations sensibles.

Exemples et cas d’utilisation de la blockchain

Bien que les crypto-monnaies soient l’exemple le plus connu d’utilisation de la technologie blockchain, son fonctionnement décentralisé l’ouvre à de nombreux autres domaines d’application.

Crypto-monnaies

Le Bitcoin, créé en 2009, représente la genèse de la technologie blockchain. Aujourd’hui, de nombreuses autres devises numériques circulent en ligne, à l’exemple de Ripple, Ethereum ou encore Dogecoin.

Chaque interaction effectuée avec l’une de ces crypto-monnaies est enregistrée dans un bloc au sein de la blockchain. Ainsi, n’importe qui ayant accès à un portefeuille de crypto-monnaies peut consulter l’historique des transactions liées à ce portefeuille. Cependant, l’identité de son propriétaire est souvent intraçable, les informations personnelles du détenteur étant protégées grâce à un procédé de cryptographie appelé hachage (hashing).

Les crypto-monnaies ont un caractère international et peuvent constituer une valeur refuge, notamment pour certains pays non bancarisés.

NFT

Les NFT (pour Non Fungible Tokens, ou jetons non fongibles) sont des jetons dotés d’un identifiant unique.

Contrairement aux crypto-monnaies, dont tous les jetons ont la même valeur et sont interchangeables, chaque NFT possède une valeur et des caractéristiques qui lui sont propres. Ce fonctionnement induit la notion de rareté numérique, ce qui rend son utilisation intéressante dans de nombreux domaines, comme celui de l’art.

Chaque jeton peut par exemple être associé à une œuvre d’art numérique produite en un nombre limité d’exemplaires. La technologie blockchain permet alors de s’assurer de l’authenticité de l'œuvre et de sa rareté.

Néanmoins, les investissements dans les NFT ne sont pas toujours fructueux, et des pertes financières importantes ont été enregistrées depuis la première mise en circulation de ces jetons.

Blockchain interne en entreprise

Certaines organisations utilisent la technologie blockchain pour la tenue de leurs registres internes. Elles bénéficient ainsi de l’intégrité et de l’exactitude des données, sans les problèmes liés à la transparence de la blockchain, l’accès au réseau restant privé.

La blockchain trouve ainsi son utilité dans le domaine des assurances (automatisation des procédures de remboursement), de la logistique (meilleure traçabilité des produits et des interventions sur la chaîne de production) ou encore comme fonction décentralisée de notariat (pour certifier la validité de certains documents).

Les différents types de blockchain

Il existe deux types de blockchain : la blockchain publique et la blockchain privée. La différence réside principalement dans la possibilité pour les utilisateurs d’accéder au réseau et de consulter les données stockées sur la chaîne. On peut néanmoins compter deux sous-catégories de réseaux privés, selon leur contexte d’application.

Réseaux de blockchain publics

Il s’agit du système le plus répandu. Ce type de réseau, par définition, est accessible à tous et permet à chaque utilisateur de se connecter aux nœuds qui constituent le réseau. La blockchain publique est ouverte à la lecture et à l’écriture, c’est-à-dire que chacun peut accéder au registre des transactions effectuées, mais aussi envoyer et valider de nouvelles transactions. Les réseaux publics sont largement utilisés pour les crypto-monnaies.

Réseaux de blockchain privés

Un réseau de blockchain privé est plus adapté aux entreprises souhaitant utiliser la technologie blockchain sans le caractère décentralisé d’un réseau public. L’accès au réseau doit être validé par un tiers, ce qui renforce le niveau de sécurité et de confidentialité de la blockchain. En outre, le processus de validation des transactions est beaucoup plus rapide que sur la blockchain publique, étant donné que le réseau compte moins d’utilisateurs.

Réseaux de blockchain avec autorisation

Un réseau par autorisation ou par permission est un type de réseau de blockchain privé. Comme son nom l’indique, il nécessite une permission d’accès, fournie soit par une administration, soit par un processus automatisé de vérification.

Blockchain avec consortium

Un réseau de blockchain avec consortium obéit au même principe qu’un réseau de blockchain avec autorisation, à la différence près qu’il est partagé entre différentes organisations.

L’avenir de la blockchain

La technologie blockchain offre de nombreux usages potentiels et ouvre la voie à un Web décentralisé. À l’heure où la cybersécurité est importante, l’enjeu de l’intégrité des données devrait entraîner un engouement grandissant pour ce système.

Néanmoins, la blockchain n’est pas encore en passe d’être adoptée massivement. Si son caractère public permet de se passer d’intermédiaire et de bénéficier d’une plus grande transparence, il présente aussi un obstacle pour certains cas d’usage autres que les crypto-monnaies.

Également disponible en : Deutsch, English, et d'autres langues.

Delphine Lacour
Delphine Lacour Delphine Lacour
Curieuse à propos des nouvelles technologies, Delphine Lacour s'intéresse aux usages des internautes au quotidien et aux problématiques de cybersécurité. Elle s'attache à partager un maximum de contenu pertinent pour partager cet intérêt avec le plus grand nombre.