Votre IP : Inconnue · Votre statut : ProtégéNon protégéInconnue

3 adolescents sur 5 sont déjà tombés sur du contenu à caractère sexuel en surfant sur Internet

Une nouvelle étude de NordVPN s’est intéressée à l’usage des nouvelles technologies chez les adolescents français de 10 à 17 ans, et plus particulièrement au phénomène des contenus inappropriés circulant sur le web. Le constat est frappant : 3 jeunes internautes sur 5 ont déjà été exposés à ce type de contenus. Découvrez les résultats de cette enquête en détail.

Delphine Lacour

Delphine Lacour

3 adolescents sur 5 sont déjà tombés sur du contenu à caractère sexuel en surfant sur Internet

Un jeune public hyperconnecté

Suite à une enquête menée par Kool Mag à propos de la plateforme Omegle.com, un site de discussion vidéo qui connaît un succès fulgurant chez les adolescents, NordVPN a souhaité se pencher sur la problématique de l’exposition des jeunes aux contenus inappropriés sur le web. Pour mener à bien cette étude, un panel de 1008 Français âgés de 10 à 17 ans a été interrogé, en présence et avec l’accord de leurs parents.

Le premier constat concerne leur utilisation des nouvelles technologies au sens large. Sans surprise, les 10-17 ans sont particulièrement touchés : 99% des répondants déclarent ainsi utiliser un smartphone. Si celui-ci est pour eux un outil de divertissement (écoute de musique, visionnage de vidéos ou de films), les adolescents l’utilisent avant tout pour rester en contact avec leur famille et leurs amis (84% des sondés).

On constate par ailleurs un usage du smartphone de plus en plus précoce : 66% des 10-12 ans déclarent avoir eu leur propre téléphone avant 12 ans (contre 58% de l’ensemble des 10-17 ans).

Des enfants exposés à tout âge

L’étude prouve que l’exposition aux contenus pornographiques sur Internet est loin d’être anecdotique. Près de 3 mineurs sur 5 déclarent ainsi être déjà tombés sur une image ou une vidéo à caractère sexuel.

Cela se produit principalement alors qu’ils surfent au hasard sur Internet (49%), se connectent sur les réseaux sociaux (34%) ou tentent de télécharger ou de regarder du contenu en streaming (27%).

En outre, seul un répondant sur 5 déclare s’être déjà rendu volontairement sur un site web proposant ce type de contenus. Une exposition qui est donc en grande partie subie par les jeunes internautes.

Digital natives, mais aussi digital naives

“Les outils numériques et notamment leur utilisation intensive tendent à invisibiliser l'apparition de ces contenus à caractère sexuel”, témoigne Cyril Polac, Country Manager France chez NordVPN. Pourtant, ces contenus font bel et bien partie de leur quotidien.

D’autre part, les conditions dans lesquelles les adolescents surfent sur le web limitent la surveillance parentale. En effet, 68% des jeunes de 10 à 17 ans utilisent leur smartphone dans leur chambre, un chiffre qui augmente chez les 13-17 ans (71%). Dans ce lieu fermé, hors de la vigilance des parents, l’apparition de ce type de contenu est facilitée et moins contrôlée.

Le cercle familial comme lieu de discussion

Face à ce phénomène, la discussion au sujet de la sexualité et de l’exposition à ces contenus a majoritairement lieu au sein du cercle familial. Ainsi, 60% des enfants et adolescents ayant vu un contenu inapproprié en naviguant sur leur smartphone en ont parlé à un membre de leur famille. D’autres jeunes privilégient quant à eux leurs ami(e)s pour aborder ce sujet (39% des répondants).

“Savoir que 3 enfants sur 5 en ont déjà parlé à leur parents ou frères ou sœurs est encourageant, cela prouve que la majorité des enfants ne sont pas à l’aise avec ce type de contenus et que les discussions sur ce sujet restent ouvertes dans les foyers”, déclare Cyril Polac.

Néanmoins, 16% des 10-17 ans ayant été exposés à un contenu pornographique en ligne n’en ont jamais parlé avec qui que ce soit. Afin de briser le tabou qui pourrait subsister, il est donc essentiel que les parents prennent conscience des dangers liés à Internet et encouragent leurs enfants à aborder ouvertement la question de la sexualité.

La sensibilisation à la cybersécurité concerne les plus jeunes utilisateurs tout autant que leurs parents. À tout âge, savoir repérer les différentes menaces en ligne et apprendre comment y faire face est crucial, qu’il s’agisse de photos ou vidéos inappropriées ou encore de techniques d’ingénierie sociale.

Comment protéger vos enfants lorsqu’ils naviguent sur Internet

Quelques recommandations de cybersécurité permettent de développer des habitudes numériques plus saines pour les enfants et adolescents et de limiter leur exposition à des contenus indésirables.

  1. Sensibilisez vos enfants dès le plus jeune âge sur les risques liés à la pornographie, à la violence et à tout autre type de contenu inapproprié qu’ils sont susceptibles de rencontrer sur le web. Encouragez-les à vous en parler si cela devait arriver.
  2. Adaptez les pratiques numériques des jeunes en fonction de leur âge. Par exemple, de nombreux réseaux sociaux sont interdits aux moins de 13 ans et soumis à une validation parentale de 13 à 14 ans.
  3. Utilisez un contrôle parental et établissez une liste blanche de sites web que vos enfants peuvent consulter sans risque. Pensez à contrôler cette liste régulièrement pour prévenir tout changement.
  4. Essayez de limiter l’usage des appareils reliés à Internet par les plus jeunes dans des lieux fermés. Restreignez l’utilisation du smartphone et privilégiez l’utilisation d’un ordinateur dans un lieu commun.
  5. Signalez tout contenu inapproprié sur la plateforme Pharos. Consultez également le site jeprotègemonenfant.fr pour découvrir des conseils sur les pratiques numériques les plus adaptées aux jeunes utilisateurs, plus une vie en ligne plus sécurisée.

Protégez-vous des menaces en ligne. Téléchargez NordVPN dès maintenant.


Delphine Lacour
Delphine Lacour Delphine Lacour
Curieuse à propos des nouvelles technologies, Delphine Lacour s'intéresse aux usages des internautes au quotidien et aux problématiques de cybersécurité. Elle s'attache à partager un maximum de contenu pertinent pour partager cet intérêt avec le plus grand nombre.