Your IP: Unknown · Your Status: Unprotected Protected

Comparatif des protocoles de sécurité VPN

Nov 06, 2019 · 6 min read

Comparatif des protocoles de sécurité VPN

Certains forums font référence à des problématiques liées au choix d’un protocole VPN. Effectivement, en tant que néophyte, ces solutions peuvent sembler complexes aux premiers abords. Quels sont les systèmes les plus utilisés par les internautes ? Comment orienter votre choix afin de maximiser la rapidité et « fiabilité » de votre connexion ? Cet article vous apportera toutes les réponses nécessaires.

Qu’est-ce qu’un protocole VPN ?

L’utilisation d’un VPN (réseau privé virtuel) est une solution pertinente pour optimiser votre confidentialité tout en limitant les risques de piratage. Ce confort de navigation est garanti grâce à plusieurs caractéristiques exclusives. Parmi celles-ci, les protocoles de sécurité jouissent d’une popularité légitime. Ce terme technique peut être rapidement défini depuis un schéma explicatif.

Lors d’une navigation, de multiples informations sont transmises depuis des « tunnels » entre 3 points :

  • Le point A (votre ordinateur, smartphone ou autre appareil connecté)
  • Le point B (associé à votre routeur ou box internet)
  • Le point C (destination ciblée en fonction de l’adresse web renseignée)

Le transit de vos données est assuré grâce à un codage (défini en bits) réalisé depuis un protocole de sécurité. Evidemment, chaque connexion dispose initialement de ce système. Néanmoins, celui-ci évoque une vulnérabilité non-négligeable où une simple tentative de piratage peut provoquer des situations difficiles.

Afin de remédier à cette problématique, de nombreux internautes privilégient désormais la sécurité offerte par un VPN via l’application d’un protocole « optimisé » (également nommé IPSec pour « Internet Protocol Security »).

Vous souhaitez découvrir les avantages et inconvénients des protocoles les plus populaires ? La suite de cet article vous détaillera clairement chaque information relative à ce sujet.

Choisir stratégiquement un protocole de cryptage

L’utilisation d’un protocole de sécurité implique directement un chiffrage de données. De nombreux néophytes penseront rapidement qu’un cryptage complexe est souhaitable. Evidemment, cette caractéristique permet de maximiser la sécurité des informations envoyées/reçues sur internet. En revanche, la vitesse de traitement sera inévitablement altérée.

Vous l’aurez compris : la sélection d’un protocole de cryptage sera orientée en fonction des attentes. Les adeptes de contenus streamés ou de jeux vidéo, par exemple, privilégieront les solutions « moyennement complexes ».

Chaque protocole de cryptage défini sa complexité en bits. Ainsi, une solution 64 bits sera plus rapide et moins sécurisée par rapport à d’autres systèmes 128 bits. Pour en savoir plus à ce sujet, n’hésitez pas à consulter le menu « paramètres » de votre VPN.

Les avantages/inconvénients des principaux protocoles

Le très populaire OpenVPN

Le protocole OpenVPN est très largement proposé par les fournisseurs de réseaux privés virtuels. Celui-ci peut appliquer, suivant le choix de l’internaute, deux systèmes distincts.

Le premier fait référence à l’UDP (User Datagram Protocol). Celui-ci est caractérisé par l’absence de contrôle d’erreurs. Ainsi, chaque paquet (groupe de données envoyées/reçues) profite d’un traitement rapide.

La deuxième solution associée au protocole OpenVPN est nommée TCP (Transmission Control Protocol). Celle-ci propose une analyse systématique de chaque paquet. Evidemment, ce principe optimise la fiabilité d’une connexion. En contrepartie, la vitesse de traitement sera parfois altérée à moindre mesure.

L’OpenVPN est compatible avec de nombreux protocoles de cryptage. Par ailleurs, ce système est capable de contourner les paramètres d’un pare-feu. En d’autres mots, aucune configuration supplémentaire n’est requise.

Enfin, l’OpenVPN est disponible en Open source. Brièvement, ce terme défini une transparence totale où chaque utilisateur peut consulter le codage associé afin de constater ou non certaines vulnérabilités.

A l’instar d’autres fournisseurs de réseaux privés virtuels, NordVPN utilise ce système par défaut.

Le protocole IPSec IKEv2

Conçu par Microsoft et la société Cisco, l’IKEv2 pour VPN fut initialement développé pour maximiser la sécurité, rapidité et stabilité d’une connexion. Effectivement, ce protocole remplit ses objectifs garantissant une qualité indiscutable grâce à ses outils IPSec.

L’IKEv2 intègre un protocole assurant de multiples hébergements simultanés. Ce terme désigne une caractéristique idéale pour les utilisateurs nomades où la synchronisation entre plusieurs points d’accès est optimisée (offrant une stabilité et fiabilité incomparables).

Contrairement à certaines idées reçues, l’IKEv2 évoque une vitesse de traitement plus que satisfaisante. De même, ce protocole peut aisément contourner un pare-feu sans limiter votre sécurité. En effet, l’IKEv2 procède à un cryptage AES-2566GCM (associé à SHA2-384 et combiné au Perfect Forward PFS en 3072 bits.

Bref, ce protocole VPN se positionne comme l’un des meilleurs systèmes actuels. Néanmoins, plusieurs sources sur le web affirment que l’IKEv2 est compromis par la NSA. Cette information évoque donc une vulnérabilité inquiétante. NordVPN propose une version « corrigée » de cet IPSec. Attention toutefois à la compatibilité avec votre appareil ; cette solution « made in Microsoft » est recommandée pour adeptes de Windows.

Le SSTP, un autre protocole signé Microsoft

Le SSTP (Secure Socket Tunneling Protocol) est un autre protocole IPSec conçu par Microsoft. Toutefois, contrairement au système IKEv2, cette solution garantit une meilleure compatibilité avec les appareils Android, iOS ou Linux.

Initialement, le protocole SSTP nécessite une « légère » configuration manuelle. Les néophytes pourront profiter d’une assistance assurée par Microsoft en cas de problèmes.

En pratique, le SSTP peut contourner chaque pare-feu tout en appliquant un protocole de cryptage AES-256. Cependant, cette solution n’est pas proposée en Open source (caractéristique incompatible avec les réseaux privés virtuels fournis par NordVPN).

Le Wireguard, une solution récente et efficace

Le protocole Wireguard pour VPN évoque une vitesse de traitement et cryptographie supérieures aux autres systèmes. Malheureusement, son manque de fiabilité dû à une conception récente est un inconvénient non-négligeable.

Les connaisseurs pourront rapidement accéder à une version gratuite et Open source de Wireguard. Le codage comptabilise un total de 4 000 lignes (contre plusieurs centaines de milliers depuis l’OpenVPN).

Lors de ces prochains mois, l’évolution du protocole de sécurité Wireguard marquera sans doute le secteur de la cybercriminalité grâce à une optimisation naturelle et progressive. Néanmoins, à ce jour, la majorité des fournisseurs écartent cette solution afin de garantir une véritable sécurité VPN.

Qu’en est-il des protocoles considérés comme obsolètes ?

Autrefois, d’autres solutions jouissaient d’une véritable popularité auprès des utilisateurs de VPN. Or, l’accroissement de la cybercriminalité incite les développeurs à parfaire chaque protocole de sécurité. Si certains d’entre eux profitent de nombreuses optimisations, d’autres sont désormais « oubliés » par les fournisseurs de VPN.

Le PPTP

Conçu en 1999, le protocole PPTP (Point to Point Tunneling Protocol) fut le premier système dédié aux réseaux privés virtuels. Sans surprise, cette « ancienneté » admet des solutions de cryptage obsolètes.

L’utilisation d’un VPN via un protocole PPTP est recommandée pour les internautes souhaitant contourner certains géo-restrictions tout en conservant une vitesse de traitement satisfaisante. En revanche, la vulnérabilité de ce système ne pourra correspondre à la sécurisation de données. Une nouvelle fois, de nombreuses sources sur internet affirment que la NSA peut rapidement décrypter le PPTP. Enfin, ce protocole sera bloqué par la majorité des pare-feu. Quelques connaissances seront donc essentielles pour utiliser ce système.

Le L2TP

L’application d’un VPN via un protocole L2TP (Layer 2 Tunneling Protocol) ne garantit qu’une simple connexion vers un réseau privé virtuel. En d’autres mots, aucun cryptage de données n’est assuré initialement. Toutefois, certains outils IPSec complémentaires corrigent cette caractéristique.

A l’instar du PPTP, NordVPN ne prend plus en charge le L2TP en raison :

  • D’une vitesse de traitement insatisfaisante (incompatible pour le streaming, le téléchargement ou les jeux vidéo en ligne)
  • Le décryptage potentiellement réalisé par la NSA
  • Les problématiques liées à l’utilisation simultanée d’un pare-feu

Les connaisseurs pourront rapidement retrouver sur le web les codes associés à cette solution.

Pour conclure

Chaque protocole VPN présenté dans cet article évoque des avantages et inconvénients non-négligeables. Ainsi, votre sélection sera orientée en fonction de vos attentes. Les néophytes privilégieront l’OpenVPN et l’IKEv2 sans prendre en considération le codage en Open source. Néanmoins, si certaines bases théoriques vous semblent accessibles, ces informations vous seront particulièrement utiles pour analyser une éventuelle vulnérabilité.


Emily Green
Emily Green successVerified author

Emily Green is a content writer who loves to investigate the latest internet privacy and security news. She thrives on looking for solutions to problems and sharing her knowledge with NordVPN readers and customers.


Subscribe to NordVPN blog